UNSA-ASSMAT

EXPRESSION DIRECTE

 

L'équipe nationale UNSA a décidé que le prochain Expression directe prévu fin janvier, "flash" télévisé de 5 mn sur les organisations syndicales salariales et patronales et sur les partis politiques passant sur France 2 et France 5, portera sur le secteur des assistantes maternelles et auxiliaires parentales dans le cadre de la prochaine élection TPE.

La séquence a été filmée chez une collègue syndiquée à l'UNSA ASSMAT et la secrétaire générale de l'UNSA ASSMAT interwiewée. C'est très bref et on n'a pas le temps de dire tout ce qu'on voudrait ! en effet les réponses apportées aux questions doivent être très brèves, ce fut cependant une expérience enrichissante.

Vous pourrez visionner l'émission les :

- 26 janvier 2016 vers 0h30 sur France 2

- 28 janvier vers 8h50 sur France 5

 

photos et compte rendu du congrès de l'UNSA ASSMAT

Le compte rendu et les photos du congrès de l'UNSA ASSMAT national du 28 mars 2015 se trouvent ici :

CONGRES DE L'UNSA ASSMAT NATIONAL

sb10.gif

INTERVENTION DE LILIANE AU CONGRES DE L'UNSA A MONTPELLIER

Vous trouverez ici à partir de la 33ème minute le discours de Liliane Delton, secrétaire générale UNSA ASSMAT, au congrès de Montpellier devant les dirigeants et les  1200 délégués UNSA

http://new.livestream.com/reservoirevent/events/3930939/videos/82254786

bonne lecture

Liliane delton a la tribune du congres de l unsa

Lire la suite

PROGRAMME de l'UNSA-ASSMAT POUR LES TPE PARU DANS LA REVUE L'ASSMAT

Extrait de l’article paru dans l’ASSMAT concernant les programmes électoraux des syndicats candidats aux élections TPE

Cet extrait concerne les propos de Mme Liliane DELTON, secrétaire générale de l’UNSA-ASSMAT 91, rapportés par la journaliste de l’ASSMAT.

En rouge et entre parenthèses dans le texte, nous tenons à apporter des précisions supplémentaires car l'intégralité de la demi-heure d'entretien n'a pas été retranscrite :

« Les syndicats non confédérés d’assistantes maternelles formulent des propositions très précises, à l’instar de l’UNSA-Assmat « Notre campagne s’articule autour de six axes, présente Mme Liliane Delton, Secrétaire générale dans l’Essonne. La revalorisation du tarif horaire, la création d’un fonds de garantie de paiement salarial, l’accès à la médecine du travail pour la reconnaissance de l’inaptitude ou des maladies professionnelles, l’actualisation de la convention collective, l’accès simplifié à la formation et l’accès à un véritable droit syndical ». Sur la convention collective, « nous souhaitons revenir sur la question de la rupture pendant la période d’essai (Il s’agit en fait d’inscrire dans la convention collective le délai de prévenance instauré par la loi de 2008 car certains conseils de prud’hommes nous le contestent) et le paiement des jours fériés dès le départ, nous voulons que le montant des indemnités d’entretien soit indexé sur le minimum garanti et soit non proratisable  (en dessous de 9 heures d’accueil). Nous souhaitons aussi l’unicité de la relation contractuelle (que cette dernière soit inscrite dans la convention collective pour les fratries) avec le départ d’un enfant stipulé par avenant et non une rupture du contrat, et un taux de majoration des heures supplémentaires fixé à 25 %. Nous souhaitons également revaloriser l’indemnité de rupture pour la rendre à peu près égale à l’indemnité de licenciement (s’il n’est pas possible d’inscrire dans la convention collective que l’indemnité légale de licenciement est applicable à notre profession), limiter le nombre de semaines déduites dans l’année incomplète (à défaut de supprimer cette notion d’année incomplète très compliquée à mettre en œuvre et très mal comprise par les salariées, par les employeurs et par les conseils des prud’hommes) et revenir sur la journée de solidarité, pas du tout adaptée à notre profession. Nous voulons que le bulletin de paie de la PAJE soit conforme à un bulletin salarial normal et que Pajemploi  via la Caisse d’allocations familiales recouvre les sommes indues par les employeurs indélicats »  (Il s’agit de faire rembourser aux employeurs  le montant de l’aide PAJE qu’ils ont touchée  lorsqu’ils  n’ont pas réglé leur salariées)

En cas d’absence pour enfant malade, « nous souhaitons qu’un certificat médical soit donné (au plus tard) avec la feuille de paie,(mais nous voulons négocier que le salaire soit maintenu dans tous les cas lors de la maladie de l’enfant, cette absence n’étant pas imputable à l’assistante maternelle) en spécifiant que même en cas d’absence le salaire sera maintenu, poursuit Mme Delton.  Et en cas de retrait de l’enfant pour faute, nous voulons la présence obligatoire d’un conseiller du salarié lors de l’entretien avec le service de la protection maternelle et infantile (PMI) » (Lorsque l’employeur invoque sur la lettre de retrait d’enfant la faute grave, nous voudrions que soit appliquée la procédure de licenciement du code du travail : entretien préalable, assistance d’un conseiller du salarié. De même nous souhaitons que les assistantes maternelles convoquées à leur MDS pour un entretien en présence de deux puéricultrices - souvent pour une réprimande - puissent être accompagnées par un responsable syndical.)

L’UNSA-Assmat milite également pour l’obtention d’une copie du rapport d’évaluation élaboré pour la délivrance de l’agrément (ou son renouvellement), et l’effacement des éventuels avertissements émanant de la PMI envers une assistante maternelle, dès lors que son agrément est renouvelé.

Enfin, « nous souhaitons que l’accès à la formation soit beaucoup plus simplifié, car aujourd’hui c’est pratiquement impossible, termine Mme Delton.(Il faut signer des avenants suspensifs, trouver un parent facilitateur qui accepte de faire l’avance des salaires pour tous les parents employeurs etc.) Et c’est inimaginable que ce soit le conseil patronal qui décide de la priorité des formations ! » (Le CAP petite enfance ne figure pas par exemple dans le catalogue des actions prioritaires)

Nous demandons également que les membres élus en CCPD aient un statut de « salarié protégé » et reçoivent une rémunération pour ces journées  et un dédommagement  pour leur déplacement.

sb10.gif