relais d'assistantes maternelles

Quel avenir pour l'accueil des jeunes enfants

Le centre d'analyses stratégiques publie sous le numéro 257 de janvier 2012 un rapport sur "quel avenir pour l'accueil des jeunes enfants"

(Le centre d'analyses est une institution d'expertise et d'aide à la décision placée auprès du Premier Ministre)

Après avoir étudié les différentes politiques européennes sur l'accueil des jeunes enfants, ce rapport explore différentes pistes tant pour l'accueil collectif que pour l'accueil individuel chez les assistants maternels.

Il émet des préconisations qui pour certaines impacteront notre profession

"La première piste d'amélioration serait d'accompagner les assistants maternels souffrant d'isolement ou de difficultés à gérer des contrats de gré à gré avec les parents.

Les relations entre les assistants maternels et les parents relèvent de contrats entre particuliers et employeurs. La difficulté à s'improviser employeurs pour les parents et l'absence de médiateur extérieur peuvent rendre la relation problématique, voire conflictuelle. Par ailleurs, dans les territoires où il y a beaucoup de demandes et peu de places, les horaires et les conditions d'accueil risquent davantage d'être "subis" par les parents. Pour faciliter ces relations, la Direction générale de la cohésion sociale développe un Référentiel de l'accueil chez l'assistant maternel. Les relais d'assistants maternels doivent par ailleurs être davantage mobilisés pour offrir des conseils en cas de relations difficiles employés-parents."

Proposition deux :

DETERMINER UN NOMBRE OPTIMAL DE RELAIS D'ASSISTANTS MATERNELS PAR ASSISTANT MATERNEL. CONCENTRER LES MOYENS DANS LES TERRITOIRES LES MOINS BIEN POURVUS

Proposition trois :

DEVELOPPER LA FORMATION CONTINUE DES ASSISTANTS MATERNELS :
*CONFIER A UNE COLLECTIVITE PUBLIQUE LA RESPONSABILITE CONTRACTUELLE ET L'AVANCE DE SALAIRE PENDANT LA FORMATION
*ADOSSER LE LIEU DE FORMATION A UN MODE D'ACCUEIL

Un troisième principe, le rapprochement des fonctions de financement et d'agrément, pourrait être posé (actuellement exercé d'une part par les CAF, d'autre part par les conseils généraux) ....

A moyen terme, on confierait ainsi au même organisme les fonctions d'agrément et d'octroi des subventions prévues par la réglementation nationale pour l'accueil individuel et collectif (selon le principe "qui paie contrôle et évalue")

analyses n° 257 janvier 2012 analyses n° 257 janvier 2012

sb10.gif